blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

LES ROIS DU KNOUT

Le 21/06/2018

V'là les bestiaux. Y a encore du taf
V'là les bestiaux. Y a encore du taf 
C'est pas parce que je suis en train de repeindre toute ma salle à manger ces jours-ci (murs verts avec déco d'abeilles dorées) que je délaisse pour autant mes figs.
Doucettement, mes cosaques de la Garde sont en train de prendre des couleurs sous mes gros doigts gourds.
Ce qui m'amène à éviter certaines erreurs, comme la couleur du baudrier qui leur ceinture le torse.
Contrairement à une foultitude d'unités de cavalerie, celle-ci n'est en effet pas blanche mais... marron, couleur cuir.
Bédame ! On a beau être de la garde, on n'en reste pas moins modeste dans son allure. Du  moins pour ce qui concerne les hommes du rang.
Parce que , du côté des officiers, c'est pas la même chanson : baudrier blanc et plumet digne d'une danseuse du Moulin Rouge. A bien y regarder, la seule différence, c'est l'endroit où il est placé.

 

UN TOUR A LA CAMPAGNE... DE 1815

Le 19/06/2018

Les cuirassiers français vont bientôt remettre ça Le site Facebook des Grognards de l'Ouest. La promo, y a rien de tel

Les cuirassiers français vont bientôt remettre ça
Les cuirassiers français vont bientôt remettre ça 
Un peu de tourisme, ça ne fait jamais de mal.
Une bataille à droite, deux bastons à gauche. Ces derniers mois ont été largement consacrés à la découverte d'une partie la Bretagne ludique et à divers contacts pris dans cette belle région. 
Vannes, Nantes, Rennes, Quimperlé (j'ai pas encore testé Lorient)... Les joueurs ne manquent pas par endroits.
Même si, côté règles, ils officient souvent en ordre dispersé et que certains estiment détenir la vérité révélée dans ce domaine fort controversé tandis que d'autres se grattent furieusement l'occiput en se demandant quel mode de jeu choisir.
"M'enfin" comme dirait mon pote Gaston Lagaffe, il faut de tout pour faire un monde.
Avec le maréchal Philippe de Rentrededans, on n'en poursuit pas moins notre petit bonhomme de chemin tout en cherchant  à attirer des joueurs dans nos périgrinations en 28 mm.
L'idée a ainsi germé d'une campagne 1815 disputée à la fois sur carte avec hexagones pour les mouvements préalables, et sur table pour les bastons qui ne manqueront pas de se produire. Rrgle "Vive l'Empereur", budget maxi de 2500 points par armée lors des affrontements, avec possibilité plus ou moins importante de récupérer une partie des pertes selon le résultat de la bataille. 
S'il y a des volontaires, qu'ils lèvent le doigt. 
Dans le même temps, je n'abandonne pas mes projets d'expo, en particulier à travers la modeste association des Grognards de l'Ouest , ex Grognards des Pyrénées, que j'ai créée avec un pote palois. 
Cette dernière voit en effet son site Facebook s'étoffer de temps en temps.
Il n'est jamais trop tard pour y jeter un oeil comme dirait un cyclope en cliquant avec délectation sur un site qui n'hésite pas à prendre position. Fût-elle coquine.

 

ROUSTE POLAK

Le 16/06/2018

Au début, ça s'annonçait pas trop mal C'est après que les choses se sont gâtées L'aile gauche prussiene face à un vide sidéral. C'était...sidérant. Un des tristes épisodes de la tannée subie par les Pruskos. Aaarg !

Au début, ça s'annonçait pas trop mal
Au début, ça s'annonçait pas trop mal 
La dernière fois que j'avais pris une fessée, ça devait être à l'âge de 6 ans quand j'avais piqué la sucette de ma petite soeur.
Vendredi, le féroce général Philippe de Rentrededans m'a rappelé ce douloureux souvenir à l'aide de sa division polonaise, mâtinée de Français.
Les Prussiens retors et les Ruskofs avinés qui se sont mis vendredi sous mon commandement erratique se sont en effet proprement fait étriller par ses troupes.
La faute à un trop grand excès de confiance dans leurs effectifs, qui étaient moins costauds mais plus nombreux, et à un trop grand étalement de mes brigades. Ca m'apprendra à ignorer mes classiques.
Conscient de son infériorité numérique, le Polak rennais a en effet décidé de ne pas commettre la même erreur que lors de notre dernière rencontre et il a rassemblé ses troupes en attendant le bon moment pour agir. 
Ajoutez à cela deux batteries d'artillerie judicieusement réunies sur une colline, des régiments de cavalerie ,hussards et lanciers, prompts à profiter de la moindre opportunité (une tactique que le bougre semble bien maîtriser. Ca me fait penser à Lafumée) ainsi que des  unités d'infanterie qui appliquent le principe de l'assaut en masse au bon moment et sans s'affoler.
Bref, la messe a été dite par Phil-la-tête-froide - certes après bien des combats furieux - mais dite quand même.
Ce qui a quand même provoqué au passage la mort d'une kyrielle de généraux (j'adooore mes dés limés.. Mais ceux de Rentrededans ne sont pas mal non plus) tout comme la perte de deux bataillons pruskos faits prisonniers après une retraite impromptue. Kesse vous voulez ? C'est les affreux aléas de la baston.
Pour les prochaines parties, un point de règle devra être revu : la charge de dos sur une unitéde cavalerie prise en mêlée même quand celle-ci est composée d'un seul escadron. Mais ça relève du détail.
Une seule chose compte maintenant : ma VENGEAAAAANCE ! 


 

 

LES VACHARDS DE WACHAU

Le 13/06/2018

V'là les Pruskos et les Ruskofs. Fiers comme des bars-tabac.
V'là les Pruskos et les Ruskofs. Fiers comme des bars-tabac. 
Deux brigades prussiennes élevées à la dure, une demi-brigade ruskof pas vraiment subtile, quelques régiments de cavalerie très retors (dont les rois des enquiquineurs, j'ai nommé les cosaques du Don), des gros tas de boulets de 12 et de 6, et une brochette de galonnés emplumés. Parce que les plumes, à l'époque, on aimait ça. 
Voilà l'armée teuto-moujiks qui affrontera vendredi les Polaks du général Philippe de Rentrededans, assistés ce jour là par une brigade française.
La baston disputée sur le mode Wachau 1813 , et avec la règle "Vive l'empereur", s'annonce chaude.
Car les Vampires de Varsovie, meilleurs en moral, devront composer avec les Etrangleurs de Berlin, certes moins costauds mais aussi nombreux que les frisettes sur la tête de Mme Odette avant une soirée de gala.
Quand le schnaps et la vodka se mêlent, il suffit d'une allumette... Et toute la table crame.

 

VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE MORUE ET DE SAUCE A LA MENTHE ?

Le 10/06/2018

Les protagonistes de cette sombre affaire, bien décidés à en découdre Pour les Français, le drame s'est noué à l'aile gauche Les cuirassiers hésitent devant la rivière Les hussards KGL chargent et percutent. Chaud devant ! Jeux de mains, jeux de vilains. L'affreuse mêlée anglo-française

Les protagonistes de cette sombre affaire, bien décidés à en découdre
Les protagonistes de cette sombre affaire, bien décidés à en découdre 
Je ne sais pas si j'ai gagné. Mais en tout cas, j'ai pas perdu. Comme d'hab, je peux donc me fendre d'un compte-rendu, en toute objectivité. Hi,hi,hi...
Le choc entre Français et Anglo-Portugais via la règle "L'Age des aigles" a tenu ses promesses, samedi à Nantes.
Premier constat : le 28 mm, ça en jette sur une table. Même si celle-ci doit être plus grande que pour le 15 mm (3m sur 1,50m) et que les distances de mouvement et de tir nécessitent d'être ajustées en conséquence.
Deuxième remarque : les Anglais et leur copains amateurs de morue, que je commandais avec le major general Jean-Luc of Goddamnedit Whereismywhisky, ont eu fort à faire sur un terrain où il leur fallait faire face à des franchouillards moins costauds au moral mais plus nombreux.
Terrain compliqué par la présence de quelques bois et d'un ruisseau susceptible de mettre en désordre toute troupe ayant l'idée de le traverser pour charger.
En face, les maréchaux Jehan de Tailledanslelard et Jean-Paul de Cestcommetuveuxmonpote étaient , en prime, remplis des plus mauvaises intentions. Ce qui n'augurait rien de bon pour notre couenne britannique.
Je rentre pas dans les détails d'une règle dont les subtilités me demanderont encore quelques efforts d'adaptation.
Mais disons que, grâce à une solide ligne de défense et à quelques jets de dés bien limés en fin de partie, les pertes occasionnées aux amateurs de camembert furent un peu plus conséquentes que celles subies par nos troupes. 
L'aile droite française fort malmenée par Jean-Luc et mes hussards KGL,  est partie carrément en retraite. Tandis que l' aile gauche, qui exerçait pourtant une forte pression sur nos troupes, n'a pas le temps d'exploiter son indéniable avantage.
A noter au passage la très bonne tenue de ma brigade portugaise commandée par le général Alonso Da Silva dos Santos y Ricanas.
Ce dernier se chargeant de démontrer aux franchouillards qu'un mur, fût-il de fantassins, construit par les ch'ti gars de Lisbonne, c'est du béton de chez béton. Non mais ! 
Au final, une bonne partie bien sympa, qui sera sans doute suivie d'autres. Car l'arbitre du jour, le maréchal Jean-Baptiste de Circulezyarienàvoir s'est fait une spécialité de rencontres napo estivales.
Affaire à suivre donc, comme dirait Mme Odette en emboitant le pas à un moinillon qui vient de lui proposer de visiter la chambre rose. La nouvelle, celle où une  armoire normande surplombe un trampoline et un tapis de judo. Rhumatisants s'abstenir.





 

 

Minibluff the card game

Hotels