blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BRULON, LE BLANC QUI FAIT VOIR ROUGE AUX BLEUS

Le 16/01/2019

V'là le teigneux. Mieux vaut pas trop le chercher. C'est un Vannetais.
V'là le teigneux. Mieux vaut pas trop le chercher. C'est un Vannetais. 
Et un Chouan de plus, un ! 
Celui-ci représentera Brulon, qui a été nommé chef de la division de Vannes par Cadoudal, en 1795 (fig Trent Miniatures)
Un rude gaillard qui, comme son nom l'indique, est chaud bouillant pour la baston dès qu'un Républicain franchit le porche du troquet dans lequel il sirote tranquillement son cidre à 5,5 degrés.
Non mais, si on peut plus s'humecter la glotte pénard, maintenant ? ! 

 

 

QUAND CA VEUT PAS, CA VEUT PAS

Le 15/01/2019

Xavier, Yann et Christophe, mes partenaires de la LVL. On remettra ça. Les dés de sauvegarde du ricain. Circulez, y a rien à voir !

Xavier, Yann et Christophe, mes partenaires de la LVL. On remettra ça.
Xavier, Yann et Christophe, mes partenaires de la LVL. On remettra ça. 
Décidemment, quand un Ricain veut pas , hé ben y veut pas.
Malgré le renfort en artillerie qui leur a été octroyé via un M7 Priest et sa grosse galette de déflagrations, en dépit également de la réduction des unités blindées teutonnes, les GI's de mon scénario Blitzkrieg  n'ont pas voulu partir à l'assaut lors de la baston disputée à la Ligue des Vannetais Ludiques.
A tel point que ce sont... les Allemands qui ont été obligés de venir les chercher. C'est un monde, tout même, de voir ça !  
Il faut dire que, renfort ou pas, l'affaire était sacrément coton pour les mâcheurs de chewing-gum.
Mis en placement caché dans leurs bois et abris durs, les Teutons n'avaient en effet qu'à attendre et à appuyer sur la gachette en ricanant.
Un militaire de arrière, et de passage au club, nous a d'ailleurs confirmé que face à un défenseur retranché, le ratio normal d'attaquants doit généralement être de 3 pour 1. Excusez du peu. 
Il n'empêche ! L'honneur amerloque a quand même été sauvé par le chef de compagnie en personne, un certain John JJ Rambo.
Tandis que toutes les sections US qui l'environnaient étaient devenues démoralisées, ce gaillard a essuyé le feu dense et rageur de plusieurs unités ennemies. Au point de subir quatre touches d'un coup.
Qu'à cela ne tienne ! Essuyant d'un revers de manche méprisant les bastos qui avaient atterri sur ses épaules, le mastar a jeté quatre dés de sauvegarde et obtenu 5, 5, 6, 6. Autrement dit, bernique et peau de balle côté blessures, hi, hi, hi. 
Du coup, comme avec le fameux colonel Trautman, l'idée lui est venue d'encercler à lui tout seul les Teutons qui le canardaient.
Mais l'heure passait, et nos ministres de l'Intérieur respectives nous attendaient pour a sousoupe du soir. 
On a donc remis l'encerclement ricain à plus tard. Les Allemands ont eu chaud.

 

LA BEAUCE, SES TEUTONS, SON MUSEE, SES ZOUAVES...

Le 14/01/2019

Et c'est reparti pour 1870 !
Et c'est reparti pour 1870 ! 
Une info avant de faire un rapide CR de la baston Blitzkrieg disputée à la Ligue des Vannetais Ludiques.
Le maréchal Philippe de Pacédoine et ma pomme allons trainer nos guêtres en septembre prochain au coeur de la Beauce. Une région que je ne connais pas mais dont on m'a souvent dit qu'elle ressemblait à une dame ayant de la conversation : plate mais cultivée.
Le village de Loigny, qui fut le théâtre d'une rude empoignade entre franchouillards et Teutons en 1870, possède en effet un musée susceptible de nous accueillir pour une reconstitution en 15 mm. Cela, à l'occasion des Journées du Patrimoine.
La règle sera "They died for glory".
Nous y rejouerons une partie des combats qui se sont déroulés dans ce secteur où les zouaves pontificaux se sont battus comme de beaux diables sous le commandement d'un certain colonel-baron Athanase Charette de la Contrie. Comme quoi, le sang c'est pas de l'eau.
Certes, le bled est pas très grand. Ca sent même carrément la pampa.
Mais vous me connaisez. Moi, aller faire le zouave quelque part, ça me va toujours.

 

 

LES GI'S PARTENT AU CASSE-PIPE

Le 11/01/2019

Les Ricains partent à l'assaut de la colline. Ca va pas durer Un panzerschrek dans les dents. Le Sherman va pas aimer

Les Ricains partent à l'assaut de la colline. Ca va pas durer
Les Ricains partent à l'assaut de la colline. Ca va pas durer 
Dur, dur d'attaquer une position dans laquelle un adversaire bien retranché vous attend de pied ferme. 
Les Ricains en ont fait la douloureuse expérience aujourd'hui en partant à l'assaut d'un secteur dans lesquels des panzergrenadiers et des pionniers allemands s'étaient mis en "placement caché" et les attendaient en ricanant.
Une attaque d'autant plus coton que les artilleurs - pourtant habitués à soutenir les GI's - étaient partis disputer un poker dans le premier gourbi venu.
Moralité : des chars US ont cramé comme qui rigole, un paquet de gus démoralisés ont retraité et, avec le captain Phil of Knockdown, on a retenu quelques leçons de ce test Blitzkrieg.
D'abord réduire les effectifs des Teutons, trop conséquents pour un tel type de scénario, même si les budgets étaient strictement égaux. 
Ensuite, amener de l'artillerie côté ricain, comme cela se faisait quasi systématiquement.
Samedi, pour la même baston disputée à la Ligue des Vannetais ludiques, les Ostrogoths en embuscade auront donc deux panzers en moins (mais 2 snipers en plus), et les Ricains se verront renforcés par un M7 Priest et son obusier de 105. Ce sera du 1100 points  de budget contre du 1600 points. Histoire de compliquer un peu la tache des défenseurs.
Cela dit, je tiens aussi à décerner une mention spéciale aux dés que j'ai prêtés aujourd'hui à mon auguste et anglo-saxon adversaire.
Ces derniers ont en effet rempli leur mission à merveille : rien que des jets pourris ! Hi, hi, hi. 
 

 

ACH ! HELMUT, CH'AI ENDENDU DU BRUIT...

Le 10/01/2019

Les Sherman, prêts à défourailler L'infanterie mécanisée ricaine Stug et Panzers attendent leur heure Les pionniers, du lourd de chez lourd

Les Sherman, prêts à défourailler
Les Sherman, prêts à défourailler 
Le branle-bas de combat a sonné pour la partie Blitzkrieg de demain.
Une règle dont je vais me rappeler les rudiments avec l'Oberleutnant Fil von Pac . A moins qu'il ne s'agisse du Captain Philip Myfistinyourtronch . Les dés en décideront.
Cette répétition générale sera suivie le lendemain d'une démo organisée au sein du très breton club de la Ligue des Vannetais Ludiques.
Une sainte et juste cause. Car il faut bien le dire, à la LVL,  la fig historique est encore en terre de mission. Et , comme chacun sait, en matière de mission, l'essentiel est de savoir prendre position. 

 

 

Minibluff the card game

Hotels