blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

C.... COMME CONGREVE

Le 03/04/2020

V'là l'olibrius. Je sens venir le pépin.
V'là l'olibrius. Je sens venir le pépin. 
Ca se trouve chez Warlord et c'est en 28 mm. Ce rocketeer n va pas tarder à rejoindre mes troupes godonnes.
Le seul truc qui me chiffonne, c'est qu'on se demande s'il n'est pas en train d'allumer sa fusée Congreve à terre, sans attendre de la placer sur son support.
Quelqu'un a-t-il expliqué à ce bourrin de biffin qu'il faut éviter de boire trop de stout avant d'allumer la mèche ? 

 

FAUT PAS SE RATER SUR LES PARAPETS

Le 26/03/2020

Des parapets, un début de palissade... et des interrogations à gogo. La côte ouest et sa ligne de récifs. Ca y est ? Tu piges le truc ?

Des parapets, un début de palissade... et des interrogations à gogo.
Des parapets, un début de palissade... et des interrogations à gogo. 
Le fort "Sans culotte" de Quiberon en 1795 encore et toujours. On s'en lasse pas.
J'ai posé les murets intérieurs des parapets, que je vais rectifier ici et là. 
Idem pour les tous premiers éléments de la palissade en bois que les républicains ont franchi en deux endroits  après avoir escaladé les falaises sous la conduite d'un guide.

Ca ne se voit pas encore mais cette palissade avait été doublée dans la partie sud. Celle qui apparait au premier plan sur la photo.
L'enceinte de bois que j'ai posée fait 4,5 cm de haut. Je vais sans doute la réduire à 4 cm pour des raisons tenant à l'équilibre global de la maquette.

Emporté par mon élan de confiné, j'ai aussi posé un cube de polystyrene représentant l'emplacement de la poudrière (quyi existe toujours et que je vais fabriquer). Tout comme j'ai commencé à travailler les parapets ouest qui donnaient directement sur les falaises.
Ces protections apparaissent sur un plan datant de 1795.
Faut dire ce qui est. Elles ont provoqué quelques turbulences dans mon cervelet qui, comme chacun sait, est fort étroit, très encombré et un chouia bordélique. 

Sur le plan d'époque dont je dispose, la palissade en bois semble en effet se prolonger au dessus et le long des falaises. Mais cela signifierait que les occupants de la citadelle n'auraient eu aucune vue sur la mer, côté ouest. Ce qui me parait un peu bizarre.
J'ai donc opté pour un système a priori plus cohérent de parapets bas et inclinés tels qu'ils apparaissent sur un plan en coupe datant, lui, de 1747. Parapets dont j'ai posé les premiers éléments. 

Pourquoi les parapets sont-ils bas ? Parce qu'il me semble peu probable que des navires aient pu canonner efficacement le fort à partir de l'ouest.
Comme le montre une photo Google Earth ci-jointe, la côte ouest de Penthièvre est en effet protégée par toute une ligne de récifs à proximité desquels il vaut mieux ne pas trop s'aventurer. Sauf à aimer la baignade à oualpé dans une mer turbulente. Pas le genre des Anglais qui ont aidé les émigrés à débarquer.
Faute de disposer d'un document d'époque hyper précis, j'ai donc essayé de faire preuve de bon sens : en mettant des parapets et pas de palissade. 

Cela dit, si quelqu'un a un avis contraire et qu'il dispose d'une photo du site prise à l'époque par un chouan avec un smartphone pas trop pourri, je suis preneur. 



 

 

DE L'INTERET DU BARBECUE

Le 23/03/2020

V'là mes tiges de brochettes en train de se découper.
V'là mes tiges de brochettes en train de se découper. 
Pour la palissade de rondins qui ceinturait en 1795 le terrain situé en contrebas du fort jusqu'à la redoute Est, j'utilise tout bêtement des tiges de brochettes dont je vais tailler grossièrement la pointe supérieure.
Ensuite, je les collerai tout aussi simplement. 
Mais comment faire tenir une palissade bien droite sur un terrain en pente et en polystyène, hein ? hein ? hein ?
Que voilà une question qu'elle est bonne comme dirait un nonce apostolique (j'ai son nom)  en se demandant par quelle face il va attaquer le premier moinillon venu.

Et ben, a priori, c'est tout simple.
A l'extrémité de chaque partie de palissade, je vais mettre un poteau plus long que les autres . Poteau que j'enfoncerai ensuite dans un petit trou que j'aurai percé dans le décor.

Avantage de la chose. Non seulement le chmilblik devrait tenir sans tomber en permanence. Mais si en plus  si je décide d'utiliser le décor sans palissade, il me suffira de recouvrir le dit trou d'une touffe d'herbe.
 Après tout, pourquoi se faire des noeuds dans les boyaux de la tête quand on peut se les ranger proprement et sans douleur sous l'occiput ? 

Ah, j'oubliais. L'autre intérêt des tiges de brochettes taillées en pointe, c'est qu'on peut planter dessus un tas de têtes d'ennemis trucidés : chouans, émigrés ou républicains. On a le choix. La brochette, ça va avec tout. 

 

 

UN TAF DE LONGUE HALEINE

Le 22/03/2020

Le fort vu du nord-ouest. La redoute Est sur laquelle quelques détails sont encore à travailler Le même vu du sud-ouest

Le fort vu du nord-ouest.
Le fort vu du nord-ouest. 
Et maintenant, j'attaque l'autre rive ainsi que les parapets intérieurs en pierre du "fort Sans-Culotte", qui sont en cours de réalisation.
En attendant de me mettre à la palissade en rondins qui ceinturait toute la pente dominée par l'ouvrage défensif.
La redoute Est, elle, est terminée.
Puis, dès que je pourrai faire à nouveau des courses "non essentielles", pour m'équiper en polystyèrene, je réaliserai le dernier tiers de la maquette. C'est à dire son prolongement au nord : de la pente, un peu de rochers d'une autre teinte, et une autre plage. J'y placerai deux ou trois maisons. Bref, y a encore du boulot. 















 

 

DES VAGUES ET DU ZEF

Le 19/03/2020

Un chouia d'écume. Pas de doute, on est en Bretagne. Du bleu, du vert, du gris... et beaucoup d'essais.  Ca le fait, non ?

Un chouia d'écume. Pas de doute, on est en Bretagne.
Un chouia d'écume. Pas de doute, on est en Bretagne. 
J'avoue que j'en suis pas mécontent. La première partie de mer du décor de Quiberon est réalisée après pas mal d'essais, de couches de peinturlurage et d'heures de patience (le temps que tout ce tintouin condescende à sécher).
Tout cela, réalisé avec du papier essuie-tout, de la colle à bois délayée et de la peinture... à l'eau évidemment. 
Un bord de mer par coup de vent. C'est mes chouans qui vont être contents. 

 

Minibluff the card game

Hotels