blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

Du napo dans l'air

LE SANDWICH AVAIT UN DROLE DE GOUT

Le 29/01/2018

Le godon et les franchouillards en pleine partouze
Le godon et les franchouillards en pleine partouze 
Un féroce combat naval s'est déroulé samedi dernier dans la mare aux canards de la Ligue des Vannetais Ludiques. Deux bateaux franchouillards 1er Empire y affrontaient de perfides Anglais (pardon pour la répétition).
​Les affidés du ch'ti père Napo - c'est à dire ma pomme et Philippe-la-dent-dure, un marin du coin - affrontions deux godons : Philip-the-giant (il doit faire dans les 3,15 mètres de haut, sans chaussettes et sans talons) ainsi que Romain of Knockdown.
​D'humeur guillerette, les capitaines des trois ponts français que nous étions ont entrepris de faire découvrir à l'un des buveurs de bière tiède la technique subtile du sandwich au blé noir : un vaisseau qui attaque l'ennemi de chaque côté, et tout le monde qui part à l'abordage. Le dernier arrivé sur le pont adverse paie sa chope aux copains.
​Las ! Si l'Anglais pris en tenaille entre nos bras goulus a vite vu son équipage fondre comme neige au soleil, le deuxième Godon -  que personne n'embêtait - a profité de la mêlée pour canonner sec le Duguay-Trouin que je commandais.
Au point de le faire exploser ! 
​Un malheur n'arrivant jamais seul, l'explosion a bouté le feu au navire britannique  que j'assaillais. Mais les flammes se sont propagées ... au deuxième bâteau français qui lui contait fleurette à grands coups de sabre rouillé.
L'incendie ne pouvant être maîtrisé par personne, le trio sandwichien a coulé bas. R.I.P. 
​Résultat des courses : 2 pour les Anglais, 1 pour les Français. Raaaah ! Moi, je dis qu'une chose : VENGEAAAANNNCE ! 
​L'occasion m'en sera peut être donnée en mars lors d'une autre bataille prévue avec d'autres joueurs (dont l'un possède des bateaux espagnols !), dans le cadre du festival de jeu Terminus Ludi qui se tiendra dans la bonne ville de Rennes. 
​Miam ! Je fais déjà reluire mes boulets.

 

 

Y A COMME UNE TUILE DANS LE DECOR

Le 28/01/2018

V'là la cahutte. Je vais pouvoir augmenter le prix du loyer.
V'là la cahutte. Je vais pouvoir augmenter le prix du loyer. 
​Plutôt que d'aller bronzer idiot ces jours-ci sur une plage bretonne et griller sous un soleil infernal, alors que tout le reste de la France se pèle les miches, j'ai plutôt décidé de rester tapi dans le sous-sol de ma tanière pour travailler le décor que je présenterai fin mars près de Vannes.
Ce qui m'amène, entre autres, à refaire le toit de mes maisons en carton-plume.
​Rien de bien complexe. Il faut trouver le bon carton d'emballage, avec des canelures étroites, puis le dépiauter et tracer au cutter les rainures qui séparent les tuiles, en les accentuant ensuite au couteau.
​Une canelure, découpée fin, fin, fin, sert à chapeauter les deux pentes.
​Après faudra peindre avec un mélange de rouge et de marron, saler, poivrer, passer au four et servir chaud avec un jurançon bien frais.
Euuh, non , s'cusez, je m'égare. Plus de trente ans passé dans le sud-ouest, ça laisse des traces.

 

PLONGEE DANS UNE FOURNAISE

Le 27/01/2018

L'armée espagnole prête à faire passer le goût des tapas aux Français L'ambulance, façon Larrey Les guerilleros espagnols, toujours prompts à défourailler Les généraux espagnols et portugais s'apprêtent à entamer une belote La forge française. C'est du Perry

L'armée espagnole prête à faire passer le goût des tapas aux Français
L'armée espagnole prête à faire passer le goût des tapas aux Français 
​Premières photos de la table napo que je présenterai fin mars à Theix, près de Vannes.
​Je vais reprendre une par une les figs qui ont beaucoup été manipulées ces derniers temps. Histoire que pas un bouton de guètre ne soit décousu.
Mais ça devrait le faire.

 

FIN PRET POUR LA PREMIER BASTON

Le 25/01/2018

La table avec ses figs. J'espère que les Bretons vont aimer.
La table avec ses figs. J'espère que les Bretons vont aimer. 
​Je vais pas attendre des plombes pour présenter mon décor napo nouvelle formule.
​Une table de 3,40 m par 1,90 m sera exposée fin mars à Theix, près de Vannes, pour le festival "Ramènes tes jeux" (et teszigues par la même occasion). 
​Elle comprendra un espace exposition, bourré de figs, ou presque parce que point trop n'en faut, ainsi qu'un espace réservé à l'initiation.
Juste de quoi aligner une brigade (quelques bataillons, un régiment de cavalerie, une batterie d'artillerie) et de commencer à découvrir les rudiments de la règle. 
​A savoir :  pourquoi est-ce que le pingouin d'en face m'en veut autant ? Pourquoi ce blaireau a disposé sa pièce de 6 dans la cuisine de la ferme-auberge qui est au milieu de la table plutôt que dans la salle de bain  ? Pourquoi, après avoir limé comme d'hab mes dés toute la nuit, je fais que des 1, acré milliard ed'saleté ed'matos !  Le B.A. BA, quoi.

 

ET UNE DE PLUS !

Le 23/01/2018

V'là la bête. Sans les figs pour le moment. La version riquiqui

V'là la bête. Sans les figs pour le moment.
V'là la bête. Sans les figs pour le moment. 
Donnerwetter und hildepute ! V'là t'y pas que je traine mes guètres boueuses depuis au moins deux siècles, si ce n'est pas trois, dans ce bas monde tumultueux.
Comme mon compteur vient de s'alourdir d'un chiffe depuis ce matin et que le ciel a la mauvaise idée de faire grise mine à tout ce qui se présente, j'ai décidé de me faire plaisir et de me pencher sur mes décors.
​Je suis en train de réunir deux d'entre eux 
afin de réaliser une table d'exposition de 4,70 m sur 1,90 m, qui peut également être réduite à 3,50 m en fonction des circonstances.
 
Celle-ci pourrait me servir de support pour des animations, ainsi que pour des mini-conférences grand public avec table et support vidéo comme nous en avons déjà présentées plusieurs à   Toulouse, Tarbes, Pau et Mouguerre (agglo de Bayonne) avec l'ami Vivian.
Celles-ci ont été organisées dans le cadre de notre association "Les Grognards des Pyrénées", devenue "Les Grognards de l'Ouest"  depuis que ses membres se répartissent du Pays Basque à la Bretagne.
Y
a encore pas mal de rectifs et d'améliorations à apporter au décor car un déménagement est passé par là. Mais, comme dirait Mme Odette en s'attaquant d'une main experte aux derniers biffins d'un régiment de zouaves, l'affaire prend bonne tournure.
Par ailleurs, je suis content d'avoir gardé mes paillassons-champs de blé pour faire la jonction entre certaines plaques. Pour cacher la misère, y a pas mieux.
 
Le décor intègre la reproduction du pont de Bera (Vera de Bidassoa), un village basque situé de l'autre côté de la Rhune.
Il s'inspire d'une gravure du 19e siècle réalisée par un officier anglais ayant participé à la guerre de Péninsule (1808-1814), ainsi que de photos prises sur place avec Vivian.
Les deux maisons, dont je vais sans doute refaire les toits, existent encore. Quant à la chapelle, elle a existé, elle aussi.
D'autres photos sont à venir avec les figurines, cette-fois ci. En 28 mm, comme d'hab. On  se refait pas.

 

Minibluff the card game

Hotels