blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

Du napo dans l'air

TIENS ! V'LA LE 13e QUI PASSE

Le 25/02/2018

Bon, ben, y a plus qu'à, hein ?
Bon, ben, y a plus qu'à, hein ? 

 Peu de cuirassiers qui ont combattu en Espagne entre 1808 et 1814. Un pays où la cavalerie française comprenait surtout des dragons, des chasseurs à cheval et des hussards.

Les premiers cuirs ont été ratatinés par les Espagnols à Baylen. 

Les autres, réunis dans le 13e régiment de cuirassiers ont fait le coup de sabre en Aragon et en Catalogne jusqu’à ce que les Français soient boutés hors de la péninsule par les Anglais, les  Espagnols et les Portugais. Circulez ! Y a plus de paella ! 

Pendant toute la durée de la guerre, les cavaliers du 13e cuirs ont été placés sous les ordres du colonel Guillaume François d’Aigremont et ils ont fait partie de l’armée commandée par Suchet.
Siège de Saragosse et de Tarragone, prise de Valence et l’on en passe… Le 13e a été engagé dans de multiples affaires. 

​Il en rejoindra bientôt d’autres… sur table. Car en continuant à ouvrir les cartons de mon déménagement, je suis tombé sur une boite de figs Perry toutes fraîches.

Allez, JJ. Au boulot !

 

 

DES JEUX COMME S'IL EN PLEUVAIT

Le 24/02/2018

La partie de Cthulhu et ses étranges créatures (je parle des figs)
La partie de Cthulhu et ses étranges créatures (je parle des figs) 
​L'avantage d'aller voir ailleurs si on y est est double.
​D'abord, une fois sur place, on constate qu'effectivement... on y est bien.
D'autre part, même si on est contraint de s'éloigner avec douleur de ses potes, on découvre d'autres horizons et de nouveaux visages.
​C'est ce qui se passe en ce moment au sein de la belliqueuse tribu des Vénètes, ces Gaulois qui ont jadis affronté les galères de Monsieur Jules (Cesar) dans la région de Vannes. 
​Les joueurs y abondent en effet, y compris les inventeurs.
Tel Louis Laborde, fraichement arrivé de Polynésie pour poser ses valises dans le Morbihan. 
​Ce gaillard là a imaginé un jeu d'aventures navales qui permet de pratiquer aussi bien la course au large que les attaques de pirates et la découverte des iles du Pacifique. Bien vu et très sympa. Pour info, il cherche un développeur pour son jeu. Si ça vous intéresse, faites moi signe. Je transmettrai par estafette spéciale.
​Tels encore les membres de la Ligue des Vannetais Ludiques qui se réunissent toutes les semaines et dévorent les jeux de société comme d'autres engloutissent des sucres d'orge. Tout cela dans une ambiance on ne peut plus détendue.
​La dernière partie que j'ai faite avec eux contait les exploits sanglants de l'immonde Cthulhu, une sorte de dieu baveur confronté à d'autres créatures pas plus ragoutantes que lui. Certains personnages, gravés aux petits oignons, faisaient ... 20 cm de haut. Cornecul la mère molle ! J'ai bien rigolé, ce soir là.
​Quant à la règle "Vive l'empereur", je ne l'oublie pas pour autant.
​Elle m'amène en ce moment à jouer les missionnaires du 28 mm, les VRP de la baston, les bonimenteurs de l'étripage.
Dans cette Bretagne où le ch'ti père Napo n'a pas que des admirateurs (faut quand même pas oublier qu'on est ici en plein pays chouan ainsi que dans la patrie de Cadoudal... Ca laisse des traces), quelques pistes sont à suivre et certains contacts prometteurs. 
​Mais pas de précipitation.
Faudra d'abord que j'expose, que j'explique et que je démontre.
T'inquiète pas, mon p'tit père, ça va venir, comme disait Mme Odette, en farfouillant patiemment sous la soutane d'un évêque ayant ses habitudes au "Bosco lubrique", maison discrète et bien tenue de la presqu'île de Quiberon.

 

 

CA DEFOURAILLE A LANGOELAN

Le 22/02/2018

Ca commence à danser la rumba dans le verger Deux des protagonistes de ce drame affreux La Haye Sainte à prendre d'assaut. Duraille. Hussards et cuirs s'étripent. T'en veux du sabre ? En v'là Ney abrité dans son carré lilliputien. Fallait oser

Ca commence à danser la rumba dans le verger
Ca commence à danser la rumba dans le verger 
​Ca s'est passé pas plus tard que mercredi du côté de Langoëlan, joli pays de coeur de Bretagne où l'andouille de Guéméné est reine (je parle pas d'une personnalité du coin, bande de malfaisants, mais d'une spécialité culinaire locale). 
​Dans cette région où le ch'ti père Napo n'a jamais mis les pieds, une expérience aussi abracadabrantesque qu'audacieuse s'est déroulée sous la conduite de trois laborantins un peu fêlés.
J'ai nommé ma pomme, JJ la bleusaille de Vannes ; un jeune sous-lieutenant arrivé tout droit du monastère de Lisieux, Charles de  Tuperdrienpourattendremonpote ; ainsi que le très avisé général breton Patrice de KerArgadec, grand jeteur de dés devant l'Eternel que les chouans locaux surnomment modestement "Dieu" depuis qu'il a mis au point une règle fort intéressante mêlant le jeu de rôle et le jeu de figs. Preuve que la galette de sarrasin et la bière de blé noir n'ont jamais nui aux neurones.
​C'est justement cette règle , Argad ("attaque" en breton) que l'on a essayé d'adapter à une bataille napo.
Rude tache en apparence dans la mesure où les principes d'escarmouche et de jeu d'aventures qu'elle suppose risquent de ne pas s'adapter aux batailles rangées dont nos ancêtres avaient coutume voici plus de deux siècles.
​Impossible n'étant pas plus originaire du Bro Wened que du Bro Sant Brieg ou du Bro Gernev ,autrement dit des pays environnants, on a quand même essayé. Et moyennant quelques compromis, ça a marché, hildepute ! (ou plutôt mab gast).
​Le scénario adopté pour la circonstance était l'attaque de la Haye Sainte, au beau milieu de la cuvette que forme le champ de bataille de Waterloo.
​Sur la table, un gros paquet de tirailleurs franchouillards assisté de deux unités d'infanterie de ligne ainsi que de cuirassiers et de carabiniers faisait face aux carabines des légers de la King German Legion.
​Les défenseurs de la ferme étaient pour leur part soutenus par les redoutables tireurs d'élite du 95th Rifles, mais également une unité de milice hanovrienne (le bataillon de Lunebourg), un chouia de ligne KGL et de la cavalerie légère allemande : hussards et dragons légers.
​Je vois d'ici les spécialistes ricaner dans leur barbe et nous couvrir d'oprobe : " Des carabiniers et de la cavalerie légère KGL près de la Haye Sainte ? Coquecigrues, fariboles et billevesées, que tout cela, immondes iconoclastes avinés que vous êtes  ! ".
​Disons simplement qu'on s'est pas enquiquinés avec ce genre de détails.
Le ch'ti père Charles aimait les uniformes des carabiniers, on les a choisis. Et voilà tout.
​L'assaut de la ferme, lui, s'est déroulé à peu près comme d'hab.
Le verger a été investi par les franchouillards qui ont essuyé un rude feu des défenseurs tandis que deux attaques étaient menées, l'une à l'ouest vers une porte de grange, l'autre à l'est au niveau de l'entrée principale de la ferme.
Force restant finalement aux assaillants tandis que face aux cuirasses des cavaliers lourds français, la cavalerie alliée se faisait hacher fin, fin,fin avant de prendre une sage décision de repli.
Quand les dés te sourient pas, mieux vaut rentrer chez soi pour les limer plus soigneusement.
​Que retenir de tout cela ? Dieu le Père en dira sans doute quelques mots sur l'excellent forum "An Argader" que je recommande chaudement aux amateurs de bastons en plomb et plastique. 

http://argad.forumculture.net/

Pour ma part, je retiendrai quelques trucs :
​- Le jeu fonctionne et on s'est bien amusés (après tout, on était venus pour ça), mais...
​- Gare aux effectifs trop chargés. Car tu mets quasiment autant de temps à les manipuler fig par fig qu'à enfoncer à coups de maillet une saleté de balle dans une cochonnerie de canon rayé de camelote de fusil Baker. Trop de combattants tuent le combat.
​- Lourde ou pas, la cavalerie peut se mettre en ordre dispersé pour combattre. Les combats se résolvent en effet figurine par figurine. Ce qui n'empêche pas (c'est même recommandé) d'attaquer sournoisement un adversaire à deux voire trois contre un. Un peu de vice, ça fait de mal à personne.
​- Une unité d'infanterie, même liliputienne, peut se mettre en carré . Nous, on a inventé le carré ...de peloton. C'est rigolo et ça peut toujours servir. Quitte à tordre le bras au manuel et à faire "attraper les abeilles" aux ayatollahs de la stratégie, scrogneugneu ! 
​- Faudra peut-être trouver un truc pour l'artillerie, élément essentiel des batailles napo. A creuser.
​- Plutôt que d'opter pour une bataille rangée, mieux vaut choisir un scénario si l'on veut introduire la notion jeu d'aventure dans ces affrontements napoléoniens.
A cet égard, la guerre de péninsule (1808-1814) me parait intéressante. Car elle peut mettre en oeuvre un tas de personnages : civils espagnols prêts à scier proprement entre deux planches un général français et sa famille, guerilleros(as) qui fleurent bon l'ail et la sangria, déserteurs qui rodent, infanterie légère en patrouille, convois à protéger, villages à investir, moine fanatique déniaisé par une cantinière,  marmites servant aussi bien à préparer la paella qu'à faire bouillir un joueur de tambour limougeaud fraîchement capturé... Entre autres joyeusetés.
​Sans parler de la grande diversité de troupes et de nationalités qu'on y trouvait : français, anglais, espagnols, portugais, brunswickois, suisses, polonais et l'on en passe.
​Même chose pour la retraite de Russie et ses franchouillards transformés en bâtonnets Miko. 
​Raaaah, lovely ! Y a qu'à demander.

​Ah ! Une dernière chose. Un grand merci au maire de Langoëlan pour avoir mis une salle à notre disposition, l'espace d'un après-midi. Cet élu qui a gravi le Kilimandjaro dans un fauteuil roulant pour faire avancer la cause des handicapés me parait être un sacré gaillard. Alors, moi je dis "Monsieur".








 

 

WATERLOO CHEZ LILLIPUT

Le 19/02/2018

V'là le taf. On peut toujours discuter. Mais moi, je dis "Monsieur".
V'là le taf. On peut toujours discuter. Mais moi, je dis "Monsieur". 
​Acré milliard ed'vingtdediousse ! Y a du boulot. Waterloo en 6 mm vu par un Anglais. Ca dépote.
​J'en connais un qui va bicher à Pau. N'est-ce pas, sir Oliver ?


https://www.facebook.com/groups/266872090170793/permalink/798176553707008/?pnref=story

https://grymauch.blogspot.fr/2018/02/the-battle-of-waterloo-in-6mm-part-1.html

 

UN COIN D'ESPAGNE AU PAYS DES GALETTES

Le 12/02/2018

Un bataillon portos attendant de passer à la toise
Un bataillon portos attendant de passer à la toise 
La revue de détail se poursuit en prévision de la présentation de la table napo qui sera exposée (et animée) les samedi 24 et dimanche 25 mars à Theix, dans l'agglomération de Vannes.
Ca se passera dans le cadre du festival "Ramène tes jeux", qui est ouvert à toutes les personnes qui n'aiment pas se prendre la tête.
Là, je viens de revoir mes fantassins portugais et je suis en train de repreindre aux couleurs espagnoles (le rouge essentiellement) un train d'artillerie tiré par une paire de gros boeufs. 
Comme je le disais la dernière fois, la table sera consacrée à la guerre que les Espagnols, les Portos et les buveurs de bière tiède ont livrée entre 1808 et 1814 aux Français qui étaient venus casser les arpions aux ibériques.
Rude et effroyable conflit provoqué en fait par une grave question de préseance que des générations d'historiens ont longtemps tenue sous silence.
Contrairement à ce qu'affirmaient à l'époque les maitres-queues du ch'ti père Napo, le camembert ne se sert en effet qu'après la paella, pas DANS la paella.

 

Minibluff the card game

Hotels