blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

UN PEU D'IMAGINATION, QUE DIABLE !

Le 25/09/2016

Personne ne se voit. Chacun franchit la rivière de son côté
Personne ne se voit. Chacun franchit la rivière de son côté 
Je complète l'article précédent, en peaufinant le scénario de départ.
Les deux armées pénètrent un petit peu à la fois du même côté de la table, sans se voir car elles sont masquées par des bois et des collines.
La rivière n'est passable que par un gué, côté assaillant, et par un pont côté défenseur.
Le boulot de l'assaillant : envoyer d'abord des unités pour reconnaitre le terrain.
Le boulot du défenseur du convoi : faire passer une avant-garde pour protéger l'avance du convoi. Avant que le reste suive dans les deux camps.
Le convoi doit passer sur la route et des renforts sont envisageables dans chaque camp au bout de quelques tours de jeu à partir du milieu ou bien de l'autre bout de la table. C'est à étudier.
Leur arrivée se faire sur un jet de dé (en partant par exemple du principe qu'une estafette a été envoyée à un certain endroit au commandant de la brigade qui sert de renfort, que ce soit chez l'assaillant ou chez le défenseur.
6 : t'es une bonne estafette. Les renforts arrivent . 
2-3-4-5 : t'es un peu bourré. Tu bafouilles. On te fait répéter et t'as droit à relancer le dé le tour d'après.  
1 : t'est tombé de cheval. Tu t'es cassé une guibole. T'as l'air d'un con. Et pour les renforts, tu peux toujours te brosser.
Ca peut être rigolo, ça demande d'être un chouia imaginatif, ou vicelard, et ça change de l'habituel face à face comme le dirait DSK en buvant une chopine avec son pote Baupin.

 

LE CONVOI QU'ON VOIT ET QU'ON CONVOITE

Le 25/09/2016

V'là la scène du crime La carriole de Mme Irma et de ses pensionnaires est au milieu. Miam ! L'idée, c'est que le convoi traverse la table. Pas fastoche

V'là la scène du crime
V'là la scène du crime 
En attendant que l'un de mes sanglants correligionnaires, l'abominable maréchal Patricius von Laéronauticus, reçoive une réponse à un problème de salle qui se pose pour la baston du 1er octobre (on croise les doigts, les oreilles, les... ​enfin tout ce qu'on peut), je suis en train de concocter le décor que je vais présenter les 22 et 23 octobre lors du salon Burdigame, à Cenon.
Comme la règle générale est de proposer des initiations, j'ai imaginé un ch'ti scénario de guet-apens avec un convoi à capturer, si des volontaires se présentent. Par exemple en faisant entrer les armées brigade par brigade du même côté de la table. Faut que je travaille ça.
Une des autres possibilités étant la bataille classique. Ce qui n'empêche pas d'ailleurs le scénario du convoi pour corser un peu l'affaire.
J'en ai aussi profité pour adapter le décor aux dimensions de la table dont je disposerai, en ajoutant d'autres plaques : un peu plus courtes en profondeur, pour atteindre 1,6O m, et un peu plus longues pour atteindre les 3,70 m ... en longueur, évidemment, hé banane !.
Après, va falloir choisir les armées en présence.
Je serais bien tenté par une baston 1814 avec Ruskofs et Prussiens qui baguenaudent dans l'Est de la France ou bien qui rodent aux portes de Paris à la recherche de tripou de grenadier français. 
Affaire à suivre comme dirait mon confesseur en emboitant le pas à une pécheresse.

 

DU NAPO SUR UN ROCHER

Le 23/09/2016

Mes gros talons en piaffent déjà d'impatience
Mes gros talons en piaffent déjà d'impatience 
 ​J'attends confirmation mais il est probable qu'une table napo 28 mm venue du Grand Sud sévisse lors du salon Burdigame (ex-Stratéjeux) qui se tiendra les 22 et 23 octobre au Rocher Palmer, mirifique salle dont s'enorgueillit la ville de Cenon (33).
Une occasion d'initier au jeu tous ceux qui ont un peu de plomb dans la tête, ou pas du tout, c'est égal. 
Les dimensions possibles de la table (au minimum 3 m) ont été transmises en haut lieu et, dès que le feu vert me sera donné, j'emballe les décors.
Ca sera aussi l'occasion de retrouver un tas de vieux fadas de la fig que je n'ai pas croisés depuis l'époque où les diplodocus gambadaient joyeusement dans les vignobles girondins, le noeud pap de travers et bourrés comme des huitres, ça va de soi.

 

PRET A JOUER

Le 15/09/2016

V'là le travail. Simple, louple et léger J'ai mis la rivière dans un coin. Peu de joueurs l'utilisent Un mètre de plus et ce sera tout bon Empilées, les plaques se rangent facilement au grenier

V'là le travail. Simple, louple et léger
V'là le travail. Simple, louple et léger 
Mon décor "léger" est terminé : 3,10 m par 1,80 ​m. Ce qui est suffisant pour commencer à se faire plaisir.
Le voilà agrémenté de quelques arbres piqués dans le polistirène, ainsi que de routes, maisons et collines amovibles.
Pour bien faire, je l'allongerai de 1,60m. Ce qui correspondra aux dimensions que me permettent les plaques de support et les tréteaux que je trimballe habituellement dans ma bagnole.
Ce décor sans sera sans doute exposé lors de la Foire des Hobbies qui sera organisée à Tarbes en novembre.
Pour maintenir les plaques entre elles, rien de plus simple : un bout de shatterton déchirable à la main et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie de wargamer ?

 

J'AI LES PLAQUES QUI ME DEMANGENT

Le 14/09/2016

V'là le turbin. Ca met pas des plombes à faire
V'là le turbin. Ca met pas des plombes à faire 
Quand y a plus de décor​s, hé ben y en a encore.
Je suis en train de prolonger les deux plaques que j'ai utilisées pour présenter l'attaque de cavalerie survenue à Maubourguet en 1814. Histoire de disposer d'un support de jeu plus souple, plus léger, prenant moins de place dans la bagnole et sur lequel je pourrai poser des collines.
A l'occasion, ça pourra également me servir pour du Blitzkrieg, voire pour de l'antique car - je sais plus si je vous l'ai dit - j'ai retrouvé dans mon grenier la caisse qui contient ma première armée macédonienne d'Alexandre le grand. Des gars teigneux en jupette qui lançaient plein de javelots sur le premier abruti qui les regardait de travers.
Si l'envie m'en prend, je pourrai également coller par la suite sur ces décors (avec de la colle à bois), des morceaux de champs en carton ondulé et en paillasson peintouillé.
La technique de base est simple : des plaques de polistirène, de la peinture couleur cigare pas frais, du sable très fin, du flocage qu'on saupoudre, et roulez jeunesse !
Une plaque demande 5 minutes de travail, tout au plus. Idéal pour les fainéants dans mon genre.