blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Du napo dans l'air

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

Du napo dans l'air

JAMBON, JAJA ET BASTON

Le 14/03/2017

Plus on est de fous, plus on se bastonne
Plus on est de fous, plus on se bastonne 
​" Pourquoi voir riquiqui quand on peut voir mahousse ? " demandait le ch'ti père Napo avant de tomber le falzar devant cette bonne pâte de Mme Walewska.
​Toutes proportions gardées, on a appliqué le même principe lors d'une baston disputée samedi dernier au fin fond des Landes, terre d'asperges et de géants (on est bien placés pour le savoir. Avec Olivier de Quelboisjemechauffe et Didier van Blue Swede Shoes, on en a deux dans notre groupe en délire).
La table sur laquelle on a aligné nos armées faisait 4,80 m sur 2 m, comme d'hab. Largement de quoi s'étriper en bonne et due forme.
​Les combats ont duré toute la journée. L'un des meilleurs moments restant, comme d'hab, le repas pris en milieu de journée en respectant une règle d'or : surtout PAS DE LEGUMES ! Pain, pâté, jambon de pays, rouquin de derrière les fagots et un chouia de rigolade.
Un repas de copains, quoi. Même s'il convient de remercier nos légitimes et ministres de l'Intérieur respectives qui, dans leur grande  mansuétude, nous fournissent aussi régulièrement de quoi nous sustenter : quiches et pastis par exemple (Note à l'intention des sombres barbares qui habitent au nord de la Garonne : le pastis,chez nous, n'est pas une boisson, mais un délicieux gâteau à l'anis. Raaaah, lovely !)
​Certes, quelques débats sur la règle auraient ensuite pu être évités. Mais on est assez futes-futes pour le reconnaître après coup.
​Qui plus est, cela nous aura au moins permis de mettre au clair certains points délicats sur les déplacements de nos biffins. Tout en donnant naissance,  à un nouvel ordre de mouvement, grâce aux conseils du très expérimenté général Sébastien de LaplainedeNay, le vautour percnoptère du Béarn (il est aussi "reconstitueur" à ses heures perdues).
​Je veux parler du déplacement en oblique dont les troupes françaises s'étaient faites une spécialité pour faire face à leurs ennemis.
​La prochaine baston, qui aura lieu le samedi 15 avril, permettra de tester tout ça.
​Quant au résultat de celle de samedi dernier ? Avantage aux Français. Mais peu importe. L'essentiel était ailleurs.

 

SALVE D'HONNEUR POUR OLIVIER-LA-MITRAILLE

Le 13/03/2017

L'une des illustrations du site, parmi bien d'autres Une vidéo étonnante : boulet napo contre parpaings et bagnole

L'une des illustrations du site, parmi bien d'autres
L'une des illustrations du site, parmi bien d'autres 
​La binouze promise à celui qui me tuyauterait sur l'organisation d'une batterie d'artillerie vient d'être gagnée haut la main par le général Olivier de Tulavumonderrick.
​Celui-ci m'a en effet branché sur un lien Internet fort intéressant.
Tout y est ou presque, avec en prime, en fin de texte, des démonstrations vidéo sur les effets destructeur d'un boulet de canon et d'une boite à mitraille. Hildepute ! Ca dégomme.
​Comme je sens que vous vous agitez fébrilement sur vos sièges, voici le lien en question.
C'est en anglais, comme d'hab, ou comme souvent. Car si les Franchouillards ont inventé Napoléon, ils ont pas fait de même avec la vulgarisation.


http://napoleonistyka.atspace.com/artillery_tactics.htm#_artillery_combat

​J'espère que vous apprécierez. Cela étant, si vous avez d'autres infos, je suis toujours preneur.

Le premier lot sera cette fois-ci un décapsuleur en nouilles sèches réalisé par mon p'tit filiot. Autant dire qu'on touche là à quelque chose d'exceptionnel.

 

D'UN BOULET A L'AUTRE

Le 12/03/2017

Vl'a le tableau. Ben, y a plus qu'à peindre, hein ?
Vl'a le tableau. Ben, y a plus qu'à peindre, hein ? 
​Tiens ! Rien que pour le plaisir des yeux et peut-être aussi pour expliquer dans les expos comment fonctionnait une batterie napoléonienne, je vais m'en vais te peintouiller un ch'ti diorama d'artilleurs français.
​Ca tombe bien. Y a justement quelques figs de Victrix qui sont parvenues dans mon escarcelle béarnaise par des moyens aussi détournés que landais.
​Par contre, j'ai un peu de mal à trouver sur Internet la description des différentes tâches effectuées jadis par les artilleurs français.
Non pas sur leurs uniformes après avoir débouché un kil de rouge (ce qui ne nécessiterait alors pas d'accent circonflexe, comme me le rappelait jadis mon instit avant de me balancer des coups de règle sur les doigts en même temps que son pied au derche), mais autour de la batterie pour charger le canon, le récurer, le pointer, le déplacer, entre autres multiples fonctions ménagères.
​Si quelqu'un peut me rencarder, il gagnera un bon pour une Gueuze Boon, une Bacchus, une Corsendonk, une Orval , une Chouffe brune  ou mieux, une  excellentissime Noire de Dottignies. Autant de boissons civilisées auxquelles les tribus  barbares vivant au sud de l'Adour sont encore peu accoutumées.
​Après, il va falloir peindre tout ça (les figs, pas les boutanches. Suivez un peu, vingt de diousse !) . Et le faire efficacement, surtout.
 Je viens en effet de m'attaquer à la rénovation du premier étage de ma bicoque. C'est pas le moment de se gourrer de pinceau.

 

LES "ARTIFLOS" SONT DE SORTIE

Le 09/03/2017

Vl'à le matos
Vl'à le matos 
​Tout vient à point à qui sait ne pas se prendre la tête.
​Mes artilleurs anglais à pied sont terminés. Les voilà en train de prendre position sur l'un de mes radiateurs. Prêts à dégommer tous les franchouillards qui leur passent à portée de boulet.
​C'est du plastique et du Victrix. Donc pas forcément merveilleux en gravure.
​Mais de l'artilleur à pied anglais, c'est comme chaussettes en rab, les décapsuleurs, les tire-bouchons et les cure-dents. Ca peut toujours servir.

 

L'OEIL DE L'EXPERT N'ETAIT PAS GLAUQUE

Le 28/02/2017

A l'arrière, ça canarde tant que ça peut Les Ruskofs arrivent vite sur le rable des Français Un objectif : protéger le convoi. " Coton" a reconnu l'homme de l'art

A l'arrière, ça canarde tant que ça peut
A l'arrière, ça canarde tant que ça peut 
​Comme disait mon poisson rouge en faisant pour la 324332132321212e fois le tour de son bocal, faut jamais perdre une occasion de s'entrainer si on veut que ça tourne rond.
​J'ai donc profité d'un exceptionnel passage à Pau du maréchal Loïc de Sauteladessus-et-tu-verras-les Pyrénées pour peaufiner le scénario d'attaque de convoi français par des Ruskofs.
​L'intéressé étant militaire de carrière dans les troupes aéroportées, et un vélléitaire comme on en fait plus, m'a prodigué quelques conseils pour corser l'affaire et la rendre un peu plus coton pour les moujiks.
​En enlevant deux ou trois maisons par ci, en rajoutant un bois par là. Entre autres détails.
​Qui plus est, tout en reconnaissant que le passage du convoi n'a rien d'aisé pour les franchouillards, le bougre - qui avait pris en main les Français - a quand même réussi à faire traverser la table à une grande partie des chariots. Même si plusieurs bataillons chargés de les protéger sont passés de vide à trépas. Car ça a défouraillé dans tous les coins.
L'exploit valait bien un coup de chapeau. Voilà qui est fait.
​Vendredi, au club Histoire et légendes de Lescar, le même scénario, un chouia amélioré, sera testé par quatre volontaires. Deux du côté slave, deux autres du côté mangeurs de camenbert.
Les innocents. Ils savent pas ce qui les attend.

 

Minibluff the card game

Hotels